Le mainframe à la rescousse des Big Data

Publié le 11/01/2016 à 00:28:22 par Didier - Mise à jour de l'article le 11/01/2016

L'ancienne technologie lancée par IBM il y a de ça 50 ans est toujours aussi pertinente aujourd'hui. Les fervents défenseurs des nouvelles technologies, Java, Linux, Python, etc... ne peuvent que se rendre à une évidence avec les Big Datas : les journées ne font que 24 heures. Quel est donc ce quinquagénaire encore assez vif pour battre à plate couture à la course toute cette technologie récente et avant-gardiste ? Si votre réponse est le mainframe, alors vous avez raison.

La technologie mainframe
est boudée depuis les années 90. Elle n'est plus enseignée dans les écoles et beaucoup d'entre nous ont oublié ces mastodontes des centres de traitement de données d'antan. Mais saviez-vous que pour la virtualisation et le Big Data, ils sont toujours l'arme absolue pour manipuler des quantités impressionnantes de données sans s'essouffler et sans broncher. Même si les technologies de traitement de l'information ont évolué sans commune mesure depuis le début des années 80s avec l'arrivée de nouveaux langages, les concepts objets, le XML, ... personne ne peut rivaliser avec les puissants mainframes dès qu'il s'agit d'effectuer des traitements de masse. La technologie qu'IBM a imposé en 1964 avec son IBM System/360 n'a cessée d'évoluer en parallèle de l'évolution des autres technologies, en restant fidèle à elle-même et assurant une compatibilité ascendante. L'avantage du mainframe est qu'il n'a jamais nécessité d'effectuer des big bangs pour remplacer une technologie par une autre. Au contraire, le mainframe a toujours sus accueillir les nouvelles technologies et s'adapter à l'évolution des techniques et des besoins. Les mainframes IBM sont capables de faire tourner des applications java, de s'interfacer avec toutes sortes de machines, de serveurs Unix en passant par de simples PC tournant sous Windows. Des produits comme Websphere, MQ SERIES ou encore DB2 sont mondialement utilisés et sont des outils « communiquant ». On peut par exemple écrire des MQ depuis un mainframe pour les récupérer ensuite sur un serveur AIX.

Plan de relance d'IBM : IBM mainframe LinuxOne


IBM LinuxOne - Mainframe 2015
Disponible dans tous les coloris,
tant que ça reste le noir d'IBM
Les affaires d'IBM ne vont pourtant pas très bien depuis quelques années. Les branches les moins rentables ont été revendues à d'autres acteurs économiques du monde de l'informatique. Mais il existe cependant un département d'IBM qui connait une explosion des ventes : c'est le mainframe.

IBM dispose d'un nouveau plan de relance de son ancienne mais super rentable entreprise mainframe. Pour les deux premiers trimestres 2015, IBM a été sauvé par une de ses plus anciennes lignes de produits : le mainframe. Au mois d'août, IBM a révélé un plan qui permettra de doubler le chiffre d'affaire sur le mainframe. Il s'agit du lancement de gros ordinateurs mainframes qui tournent sous le système d'exploitation Linux.
L'annonce est faite en quatre points :

Lancement de deux nouveaux serveurs mainframe Linux appelés LinuxONE. Ils sont capables de faire tourner des logiciels open-source les plus populaire du marché tels que Spark Apache, Node.js, MongoDB, MariaDB, PostgreSQL, Chef & Docker.
Lancement d'un nouveau "projet Open Mainframe" en collaboration avec la Fondation Linux. IBM va fournir gratuitement une quantité sans précédent de logiciels mainframes. IBM va notamment mettre à disposition des développeurs un logiciel d'analyse prédictive et de monitoring.
Mise à disposition du public d'une application de développement cloud gratuite pour tous ceux qui souhaitent écrire de nouvelles applications Cloud pour l'ordinateur central LinuxOne.
signature d'un nouveau partenariat avec la société Linux Ubuntu. IBM a maintenant trois versions de Linux disponibles pour son mainframe : Red Hat, SUSE et Ubuntu.

Au final, IBM tente de rendre l'ordinateur central mainframe plus abordable pour une plus grande variété d'entreprises, et le mettre dans le centre des grandes tendances du moment comme les BIG DATAs et l'informatique mobile.

Le marché des gros systèmes en pleine expansion


Virginia Rometty - PDG d'IBM
Virginia Rometty - PDG d'IBM

Le mainframe est un de ces produits qui a été déclaré mort une douzaine de fois au cours des trente dernières années parce qu'il est maintenant possible de construire des supercalculateurs performants en assemblant simplement plusieurs serveurs informatiques moins onéreux au lieu d'acheter un seul grand mainframe.

Cependant les mainframes sont restés les ordinateurs de prédilection pour les grandes entreprises qui ont besoin de manipuler un très grand nombre de données. Pensez simplement à Visa ou Mastercard qui traitent des quantités phénoménales de transactions de cartes bancaires à chaque seconde. Les mainframes sont prisés par les banques mais aussi par la distribution et différentes industries. UPS, par exemple, doit assurer le suivi de 5 milliards de colis par an. Ça serait impensable de chercher à le faire avec des serveurs Microsoft, vous ne croyez pas ?

Alors que la plupart des filiales vieillissantes de l'entreprise IBM sont en perdition, après avoir introduit un nouveau mainframe en Mars, les ventes ont explosé : en hausse de 9% au second trimestre (15% en valeur ajusté) et 118% (130% en valeur ajusté) au trimestre précédent. Ces chiffres sont comparés aux mêmes périodes de l'année précédente.

Globalement, le segment des gros systèmes, qui comprend les mainframes IBM, constitue 2,1 milliards de dollars sur un total de 20,8 milliards de dollars de revenus.

La réponse ultime pour la manipulation des Big Datas


Une enquête a été menée auprès de 180 entreprises et les résultats montrent que l'ordinateur central peut être la clé pour combler l'écart de traitement des Big Data et pour soutenir les dernières technologies de manipulation de données. Plus de 89 pour cent des entreprises interrogées ont indiqué que le mainframe présentait un avantage clé pour l'année qui vient et que sa puissance de traitement des Big Data à travers CICS, DB2 et WebSphere était d'une force incomparable. Plus d'un tiers y voient une occasion de fournir des données à des plateformes de Big Data tels que Idaa, Netezza, Splunk, Spark, Oracle, Teradata et Hadoop.

L'enquête a révélé plusieurs autres conclusions importantes concernant l'utilisation de l'ordinateur central dans les grandes entreprises, où il abrite toujours la part du lion des données de l'entreprise. Le mainframe est maintenant au cœur de toute stratégies de Big Data. Et 69% des entreprises interrogées ont mis en tête l'ordinateur central pour effectuer le traitement de transactions à grande échelle. Plus des deux tiers (67,4 pour cent) des répondants ont également souligné que l'intégration avec d'autres plates-formes informatiques autonomes tels que Linux, UNIX ou Windows était une des forces clés du mainframe.

Les mainframes ne sont peut être pas aussi à la mode que le cloud computing mais ils restent au cœur de nombreux environnements informatiques, et non des moindres.

Bien que la majorité des entreprises (79 pour cent) analysent les données transactionnelles de l'ordinateur central en temps réel avec un outil qui réside directement sur le mainframe, le panel du sondage se tourne également vers les plates-formes telles que Splunk (11,8 pour cent), Hadoop (8,6 pour cent), et Spark (1.6 pour cent) pour compléter leur analyse de données en temps réel.

Au début 2015 IBM a lancé un mainframe Hadoop décrit comme l'un des systèmes informatiques les plus sophistiqués jamais construits. En outre, IBM System z InfoSphere Connecteur pour Hadoop permettra aux utilisateurs de mainframe d'exploiter la puissance et le rapport coût-efficacité de Hadoop. Mais les BIG DATAs et les analyses rapides ne sont pas les seules raisons pour que les utilisateurs conservent une plate-forme mainframe éprouvée. La sécurité et la disponibilité du mainframe sont également des raisons qui expliquent la longévité de l'ordinateur central au sein des entreprises.

82,9 % et 83,4 % des entreprises sondées ont respectivement cité la sécurité et de disponibilité comme étant les points forts de l'ordinateur central. Les personnes interrogées ont également précisé que les principaux axes d'amélioration fixés par leur DSI au cours des 12 prochain mois était justement la sécurité, suivie par l'utilisation du processeur et les coûts qui y sont relatifs. Donc si vous pensiez que le vieux mainframe avait respiré son dernier souffle d'air conditionné, vous vous trompez lourdement. Les entreprises l'utilisent encore et son utilisation est à la hausse, en partie à cause des BIG DATAs et analyses effectuées sur les DATAWARE HOUSE.

En savoir plus


Et vous, croyez-vous que vous n'utilisez pas les mainframes, indirectement ? Chaque fois que vous insérez une carte bancaire dans un distributeur automatique de billets ou dans un terminal de paiement vous faites fonctionner plusieurs ordinateurs mainframes. Chaque fois que vous envoyez un colis par la poste il y a également des ordinateurs centraux qui fonctionnent. Quand vous avez un rendez-vous avec votre agent d'assurance, son ordinateur portable est connecté à un mainframe. Dans l'industrie, beaucoup de processus sont pilotés par des mainframes. Cela va de la simple comptabilité à la logistique. Cette dernière est d'ailleurs omniprésente dans la grande distribution qui est un gros consommateur d'ordinateurs gros systèmes.

Pour prouver que le mainframe est digne de nouveaux développements et de nouvelles recherches, le nouveau mainframe z13 d'IBM a été développé en cinq ans pour un coût d'1 milliard de dollars. Même Bill Gates et Apple ne peuvent se permettre d'investir un milliard de dollars dans ce qui ne serait pour eux qu'un passe-temps. Alors si IBM le fait c'est que le jeu en vaut la chandelle.

Pour les BIG DATAs, rien ne rivalise avec la puissance de traitement de l'ordinateur central. Si vous ne me croyez pas, vous pouvez télécharger le livre blanc sur le sujet et vérifier les faits. Quand on parle de « mainframe » ce n'est pas réducteur au COBOL et au bug de l'an 2000. Il faut penser Hadoop, big data, et beaucoup d'argent.

 Article de Wikipedia sur Hadoop : https://fr.wikipedia.org/wiki/Hadoop
 Tous les dossiers de ZDNet sur les Big Data :
http://www.zdnet.fr/livre-blanc/?p=6&t=4000237198

Commentaires

Soyez le premier à laisser un commentaire pour ce billet.
Tags - Mots clés


mainframe

linux

BIG DATA






Archives

2015

2016

2017

2018

2019